Le marché de l’immobilier connaît une fluctuation de prix, causée par plusieurs facteurs influant, et qui produit un impacte direct jusque dans chaque ménage.

Une bulle immobilière c’est quoi exactement?

Se traduit en une augmentation rapide des coûts des propriétés : anciens logements, appartement neuf… indépendamment du niveau de vie général. Quand ce phénomène de bulle immobilière existe, il y un fort risque de surévaluation des prix sur le marché, puisque ni la croissance économique ni le niveau de vie de la population n’arrivent à suivre le même rythme. Une telle situation pourrait engendrer un grand désordre dans le système de l’économie publique et bancaire.

Quelles en sont les causes?

La principale cause de la formation d’une bulle immobilière est le déséquilibre entre l’offre et la demande c’est à dire que quand cette dernière est trop élevée sur le marché. Une pareille situation est causée par plusieurs raisons comme une fluctuation des taux d’intérêt, que ce soit réelle ou anticipée. Dans le cas où l’emprunt devient facile, pour acquérir un bien, beaucoup préfèrent s’endetter encore plus. De même, que quand les taux d’emprunts sont bas. Comme résultat, on constate une remontée du nombre de demandes venant des acheteurs. Bref, avec une bulle immobilière, la qualité des prêts se dégrade et le marché du crédit hypothécaire est très mal contrôlé.

Les différentes phases à savoir

Selon l’évolution des facteurs influant les prix, une bulle immobilière peut se former ou pas. La croissance du marché de l’immobilier est qualifiée de normale si, même avec des investissements, l’équilibre entre l’offre et la demande est maintenue.

Ensuite, la phase de croissance moyenne, si le marché réagit aux politiques d’orientation et d’organisation du secteur, en plus des investissements publics. Quand on observe un certain déséquilibre dans le rapport acheteurs-vendeurs sur le marché, c’est que l’offre n’arrive plus à couvrir la demande. C’est là que commence la phase de flambée des prix. Puis les prix sont cassés et connaissent une baisse relative au début, et qui s’accélère par la suite. Partout dans le monde, le marché de l’immobilier, avant d’arriver avant la phase d’éclatement, passe par ces étapes. A moins bien sûr qu’une politique bancaire et financière a été entreprise par le pays concerné pour « dégonfler » la bulle.